• Je crois que j’ai perdu la bataille

    Je crois que j’ai perdu la bataille. Il faut que je m’en aille.
    Comme un général face à ses soldats, je dois abdiquer. Battre en retraite et me retirer. J’ai perdu. Je suis vaincu.
    Je voulais la conquérir. Mais elle est indépendante. Je l’avais oublié. Je dois le dire, je suis sur la mauvaise pente. Je n’ai pas réussi à le tuer. Je ne suis pas maître de ses choix. Je n’ai pas le droit. J’ai essayé de combattre. De rester debout. Dans cet univers noirâtre, je suis un doux. J’ai essayé de ne pas pleurer. De ne pas montrer mes faiblesses. De ne pas montrer mes secrets, ni ma tristesse. J’ai essayé de lui faire peur. J’ai essayé de ne pas lui montrer que j’avais peur. Je ne suis pas fier car je n’ai pas gagné cette guerre. Une de perdue… Mais là c’est fichu. C’est trop dur. Une torture. Alors je rends les armes. Avant de faire couler tes larmes. Il est plus fort que moi. Après ce siège, je n’ai plus qu’à me livrer et rentrer chez moi. J’espère qu’il ne va pas t’exhiber comme un trophée. Comme pour me narguer de n’avoir pas su te garder.

    Je crois que j’ai perdu le combat. Encore une fois. Je ne suis pas Rocky Balboa.
    Comme un boxeur sur le ring. Je vais rester allongé et attendre que la cloche sonne « Ding ! ».
    Je voulais la victoire. K.O. Technique. Le cerveau en compote, le cœur aussi. Je sais tout ce que cela implique. Je voulais jouer la faute, mais je n’ai pas réussi. Je voulais que tu cries mon nom dans le public. Mais cet uppercut de trop ma cloué au sol. Je ne vais pas me relever. En tout cas, pas cette fois. Coup critique. Je ne suis pas une pute. Je ne suis pas une folle. Je ne suis plus celui que tu as aimé. En tout cas, pas cette fois. Tu ne me trouvais pas beau dans mon short rouge et blanc ? Dans ce peignoir avec mon nom en lettre dorée dans le dos ? Je vais rejoindre les perdants. Je sais que tu ne désires plus ces abdominaux. J’aurais dû être plus rapide. J’aurais dû être plus avide. Je ne suis ni Mike Tyson ni Casius Clay. Je sais que ce n’est plus le corps que tu aimais. J’espère que tu regarderas le prochain match en direct. Je sais que ce sport te débecte. Mais regarde-moi encore une fois. Je ne resterai pas longtemps droit.

    Je crois que j’ai perdu la partie. C’est fini.
    Comme un professionnel du poker à Las Vegas. Je vais laisser ma place.
    Je suis bon joueur je me couche. Je donne tous mes jetons. Juste pour t’embrasser sur la bouche. C’est trop long. Le tour est devenu interminable. Je ne vais pas le faire rimer avec « minable ». Je rends mes cartes. Je n’ai en main qu’une paire de 2. Autant reconnaître sa défaite. Je ne me sens pas de bluffer. Je vais attendre que tu partes. Je ne suis pas bon à ce jeu. Il faut que je m’arrête. Je préfère la vérité. Je ne sais pas mentir. Me faire plus beau que je ne le suis. Me cacher derrière mes lunettes de soleil. Cela ne peut plus suffire à te séduire. Je suis surement moins beau que lui. Même si tu dis : « C’est pas pareil ! ». Je n’ai pas de quinte ou de carré. Avant de commencer, j’avais déjà abandonné. J’aurais voulu gagner plein d’argent. T’emmener en voyage. Te combler de cadeaux. Te faire vivre tes rêves d’enfant. Mais je dois tourner la page. Je n’ai plus le Mojo. Je n’ai pas de chance aujourd’hui. Peut-être demain. Tu seras partie avec lui. Tu seras loin.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :