• Je suis devenu ton amant

    On s'est rencontré, dans un café, sur l'île de la Cité. J'étais excité. Je ne te connaissais qu'à peine. Quelques mots échangés. Tu me paraissais déjà être comme une reine. Alors on est allé sur les bords de la Seine. Je sentais déjà mon coeur battre et le sang bouillir dans mes veines. Je sentais s'installer une gène. Je voulais poser mes lèvres sur les tiennes.
    Le moment était parfait. Le soleil illuminait et réchauffait le ciel de Paris. Et pour une fois, je ne voyais pas la vie en gris.
    Un trompétiste jouait "Somewhere over the rainbow". C'était vraiment trop beau. Peut être même un peu trop.

    Tu es mariée. 2 enfants.
    Je t'ai embrassé. Je suis devenu ton amant.

    Le lendemain on s'est retrouvés. J'ai pris ta main et puis on a marché. On est allés chez moi. Malgré le manque de confiance en soi, aujourd'hui j'y crois.
    On a baisé. On l'a fait comme jamais je ne l'avais fait. D'abords sur le canapé. Puis dans la chambre à coucher. Puis de nouveau sur le canapé. Et encore et encore... J'ai adoré ce corps. Je ne suis pas encore mort. J'ai peut être eu tort de le penser... ou son contraire. J'aurai tout fait pour te plaire. Si c'était à refaire... Je préfère me taire et repenser à cet après-midi. Ce moment indéfini passé avec toi sur ce lit. Entendre tes cris. Te regarder quand tu gémis. Sans cesse sous mes caresses. J'ai adoré tes fesses. J'ai adoré tes seins. Comme tu as adoré mes mains. Enfin j'espère... Encore une fois, je préfère me taire, ou boire une autre bière et faire le fier. J'ai retrouvé un plaisir adolescent, comme deux insouciants ou comme deux enfants. Comme deux amants ou comme deux ougandais volants.

    Tu es mariée. 2 enfants.
    Je t'ai embrassé. Je suis devenu ton amant.

    Tu es devenue mon amante. Comme un parenthèse. Dans l'attente d'être fermée. Comme le chiffre 13. " Est ce que ça te tente, un week end au bord de la mediterranée ?". Une  phrase mal placée. Je voulais simplement t'enlasser. Ne jamais te lasser. Ne jamais te laisser. Continuer de te carresser. NE PAS S'ARETER, CONTINUER D'AVANCER.
    Tu es rentrée chez toi. Je t'ai raccompagné jusqu'au RER. Comme tu me paraissais déjà être comme une reine, je voulais me sentir roi. Mais j'aurais encore mieux fait de me taire et te considérer comme une hyenne.
    On s'est dit que c'était vraiment bien. Qu'il fallait se revoir. Mais mieux vaut, ne pas créer de lien. J'y repenserais surement ce soir.

    Tu es mariée. 2 enfants.
    Je t'ai embrassé. Je suis devenu ton amant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :