• nouvelle (extrait 1)

    J'aime bien la regarder quand elle dort. Ses yeux à demi clos. Ses paupières qui s'agitent encore un peu, sûrement à cause de rêves, où je ne suis pas là pour la défendre. Ses longs cils qui tombent sereinement, plongée dans un sommeil apaisé.

    Comment j'en suis arrivé là ? J'en sais rien. Comment elle est arrivée là...

    11 septembre 1991, premier jour en sixième. Elle est assise au premier rang. Elle est brune et je ne vois que ses cheveux parfaitement coiffés. Je regarde ses mollets et ses petites socquettes vertes. Je suis installé juste derrière elle et je tuerai pour garder le deuxième rang toute l'année. Tous les garçons de la 6B regardent la même chose.

    Elle, ne regarde personne.

    Des grosses mouches volent sous la lumière blanche des néons. Leur bourdonnement m'endort. Je garde les yeux ouverts, mais plus personne n'existe.

    Assis dans la cour, nous discutons. Adossé aux grilles, nos Eastpack posés à coté de nous. Je lui tiens la main. Elle me regarde avec tendresse, et fait semblant d'être intéressé. Je lui parle de la dictée et des questions de grammaire ou du contrôle de maths. Je lui annonce que je vais me mettre au piano. Je lui ai écrit un poème que je ne veux pas lui lire. Déposer une fleur dans ses cheveux. Aller dans le photomaton de la gare, assise sur mes genoux...

    Quelqu'un m'appelle; le cri et la répétition de mon prénom me ramène doucement à la réalité.

    " présent ! "

    Je sors difficilement de mes rêves. Un cahier de correspondance et un emploi du temps sont posés sur ma table. Toute la classe m'observe. Elle m'observe. Je rougis.

    Elle, répond promptement à l'appel de son nom.

    La cloche sonne et me réveille définitivement. Je regarde son bermuda en jean s'éloigner vers la sortie.

    Elle ne me parlait pas beaucoup, elle préférait les quatorze-quinze ans, parce qu'une fille c'est plus mature. Elle m'empruntait mes cours et mes exos de temps en temps. La moindre de ses absences me rendait encore plus malade qu'elle ne devait l'être. Je l'ai vraiment trouvé débile lorsqu'elle s'est mise à fumer, mais je n'ai rien dit, je voulais rester cool.

    Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage

    La fumée contient du benzène, des nitrosamines, du formaldéhyde et du cyanure d'hydrogène

    Fumer peut diminuer l'afflux sanguin et provoque l'impuissance

    Fumer tue


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :