• Tous les enfants, grandissent. Ils savent très tôt qu'ils...



    Tous les enfants, grandissent. Ils savent très tôt qu'ils grandiront.
    Assis sur le rebords de la fenêtre, fermée. Je regarde les toits et les étoiles, à travers le rideau en voile. L'épaule me gratte. Comme de l'urticaire. Je remarque quelques petits boutons rouges sur le haut de mon bras. Démangé. Aller chercher quelques cachets, dans l'armoire à pharmacie. Ne rien trouvé parmi...
    Je voudrais te demander ce que je peux avaler, mais je ne veux pas te réveiller.
    J'ai pas envie que tu t'en aille.
    Assumer. Ne pas s'enflammer. Je l'ai laissé se consumer. Il n'y a pas de feu sans fumée. J'ai difficilement allumée. Je tremble trop pour emmener ma cigarette à ma bouche. Et tu ne veux pas que je te touche. De toute manière j'ai pas osé. J'ai préféré me poser. J'ai la nausée. J'ai besoin de m'allonger. Se remettre de ses émotions. Concentrer son attention, pour une meilleur compréhension. Un peu trop de tension pour moi. Je ne me bats pas. Même pour toi.
    Regarder les fleurs se faner.
    Affamé. J'ai faim. Et j'ai besoin de rien. Prendre sur soi. Garder la foi. 1X, 2X, 3X. Mais je veux pas... m'excuser. Usé de me défendre comme un accusé. Assommer. Besoin de sommeil. ( J'ai écouté toutes les merveilles contées. Ils ne fait pas meilleurs au soleil, je les ai comptées). Toujours pareil. Se réveiller. Essayer d'avoir une bonne tête. Comme un lendemain de fête. Un petit coup d'eau sur le visage, pour paraître plus sage. Comme une image. Surtout, je ne suis pas sur sur tout. J'ai des doutes et j'en ai rien à foutre.

    Je ne peut pas te mentir. Je préfère te voir sourire.
    Se noyer. Aboyer. Moi qui croyais que... Broyer du noir était salutaire. J'aurai mieux fait de me taire ou peut être en raconter une dernière. Tu as l'air blasé. Te faire rigoler. Regarde moi, je vais me brancher en triphasé. les doigts dans la prise. Une crise, comme a chaque fois que je te fait la bise. Les cheveux dressés, les yeux révulsés. Détendu comme un ulcère. J'ai du lui plaire. J'espère. Tant mieux. Je suis mal à l'aise pour deux.
    Je ne peut pas te mentir. Je préfère te voir sourire.
    Je veux croire que tout n'est pas morose. Que tu vois la vie en rose. L'écrire en vers et en prose. Je pose une dose sur la table pour me sentir acceptable. Une fable sans morale. Récitation. J'ai jamais été bon... à l'oral.
    Pourquoi tu fais la gueule ? Tu préfères peut être rester seul ?
    Te laisser t'envoler. Je me suis brûlé. Désolé pour les dommages causés. J'ai cassé. Tout ce qui m'avait déçu. Te courir après dans la rue. Regarder ton cul. Te rattraper, mais te suivre encore. Partir quand je dors. entendre la porte claquer. Sans me dire bonnesoirée. Tu ne t'es pas retournée. Tu sais peut être que je veux
    changer. Commencer à ranger. Quand j'ai choisi de parler. Sans, j'ai rien à gagner... et rien à perdre, plus qu'à aller me faire... J'attends un moment. Ma fée m'a laissé quand j'avais quinze ans. J'ai pas besoin de maman je suis grand. Et je ne suis pas Peter Pan. Seulement j'attends
    Se prendre en main. pas demain. Et maintenant. Je ne vais pas tombé. Comme A + B. Bercé trop près du mur. Le ciment est dur. Comme les soirs de biture. Sûrement fêlé, je préfère les mots: légèrement paranoïaque à tendance dépressive. Quand j'ai besoin d'affectivité. Quand j'ai pas envie de baiser. Je les fais flipper. J'ai du me tromper. Retard à rattraper. Pourtant j'ai travaillé. Comme stoppé en plein vol. Je trouvais ça drôle, mais pas elle. Une balle dans l'aile. Je veux continuer. Elle ne m'a pas encore tué. Malgré ce qu'elle a insinué. Son discours ne s'est pas atténué. Mais j'ai tenu. Elle est venu. Elle a vu. Et j'ai perdu. Mauvais
    joueur. J'ai du commettre une erreur. Attendre la fin de l'heure et les résultats. J'ai pas réussi le test. Je la déteste. Même quand je dis: «s'il te plaît reste». J'ai simulé, il faut faire annulé la partie. Cause trop de pluie. Match pourri. Question à choix multiple. Viser la cible ou à coté. Trop de possibilités. Elle manque d'habileté et de stabilité. Comment trouver la réponse. Sans trop réfléchir. Lire les petites annonces ou préférer vomir.


  • Commentaires

    1
    anass
    Lundi 30 Juin 2008 à 15:13
    je veus graidire
    j'ai 16 ans é je veus gradir ma taille est troo peites je devien un jeux pour mes amis aidez moi svp
    2
    Lundi 30 Juin 2008 à 15:13
    je veus graidire
    j\'ai 16 ans é je veus gradir ma taille est troo peites je devien un jeux pour mes amis aidez moi svp
    3
    Lundi 30 Juin 2008 à 15:14
    je veus graidire
    j\\\'ai 16 ans é je veus gradir ma taille est troo peites je devien un jeux pour mes amis aidez moi svp
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :